A propos

De l’éditeur de ce site

Ce site est édité par moi-même, Santiago Pinault, doctorant à l’université Brunel (Londres) sur Karl Polanyi à qui je consacre aussi un site Internet en marge de mes recherches.

Ayant suivi un cursus de philosophie, je suis aussi titulaire d’un master de philosophie économique validé à Aix-en-Provence, où je venais alors pour enrichir mes connaissances économiques en marge de travaux sur Friedrich Hayek. Intéressé par les Autrichiens en général, il est tout naturel que je me penche sur l’ensemble des penseurs de cette dite “école”, à commencer par le(s) père(s) fondateur(s) Carl Menger (et Max Weber). Ayant passé mon mémoire de master 2 sous la direction de Jean Magnan de Bornier et Gilles Campagnolo, ce dernier m’a donné l’envie d’approfondir la pensée de son auteur de prédilection, ce chercheur aussi révolutionnaire qu’injustement méconnu.

De plus, Karl Polanyi se référant à lui dans les années 1956-1960 lors de sa (re)découverte de la seconde édition des Principes, et polémiquant avec Hayek et von Mises lorsqu’il essaye de reprendre à son compte la distinction des deux sens du terme ‘économie’ incluse par Karl Menger au chapitre IV de cette édition, là encore j’étais ramené à Carl Menger.

J’ai donc décidé de lui consacrer un site Internet puisque rien n’existait en français.

Du choix du français

J’ai fait le choix de ne traiter de Carl Menger qu’en français, c’est-à-dire non seulement de traduire tous les titres ou concepts en français (tout en donnant les termes, formules ou extraits originaux en allemand si nécessaire) mais aussi de privilégier la littérature secondaire en français, au détriment de ce qu’on peut trouver en allemand ou en anglais.

Le risque est de mettre trop en avant les travaux de Gilles Campagnolo, dès lors qu’il est le spécialiste de Menger en langue française avec ses deux traductions de textes majeurs de Menger et ses trois livres consacrés au père de l’école autrichienne, et de perdre les apports de chercheurs comme Bruce Caldwell, Emil Kauder, Margarete Boos ou Karl Milford. Le second risque est faible, puisque, si je privilégierai la littérature secondaire francophone, je ne m’interdirai jamais de citer des auteurs écrivant en d’autres langues, quitte à traduire en français les citations proposées. Quant au premier risque, il va s’avérer inéluctable durant quelques années, temps qu’une édition critique des Principes telle que celle proposée par G. Campagnolo, ne verra pas le jour dans une autre langue que le français. Notre langue est ainsi, depuis le début de 2020, et de manière assez incongrue puisque le français n’a été qu’une langue secondaire pour Carl Menger, la langue la plus importante pour les études mengériennes. Il faut s’en réjouir et en profiter.

Enfin, il se peut qu’un site multilingue voie le jour où l’anglais, allemand, japonais, chinois et espagnol – et donc les traductions et travaux dans ces langues respectives – seront mis à l’honneur. Le français peut donc primer ici connaissant cette future complémentarité avec cet autre site. Tout cela renforce mon choix pour les travaux et traductions en français sur ce site.

De l’hébergement

Ce site est hébergé sur Ionos. N’étant pas un État de nos glorieuses pseudo-démocraties pseudo-libérales de l’Axe du Bien, ni une entreprise de flicage généralisé et de captation de données façon Alphabet ou Facebook, je n’utilise aucun cookie, ne garde aucune information sur les visiteurs autre que les statistiques de fréquentation du site, et ne peux (ni ne veux), donc, rien vendre à des entreprises de manipulation des masses.